La pratique du CK en rivière

Ce petit mode d’emploi a pour vocation de compléter le code du pratiquant fitness (abrégé CPF par la suite) par rapport aux spécificités de la pratique du canoë-kayak en rivière jusqu’en classe IV. En effet certaines choses ne changent pas, d’autres, au contraire, peuvent être très différentes. Ici sont explicitées les principales règles à suivre pour ce type de navigation, ainsi que l’équipement à avoir. Ce petit « guide » ne prétend nullement à l’exhaustivité et ne saurait engager la responsabilité du club.

Préparation:

Mêmes choses que pour la rubrique « Je me prépare » du CPF, avec ce qui suit en plus:

  • Consultation du topo de la rivière si cette dernière est référencée sur les sites en questions (EVO, CRCK Rhône Alpes si la rivière se trouve dans la région…). Il n’est pas inutile d’imprimer le topo et de l’emmener avec soi pour la route, la logistique de certains parcours ou rivières pouvant être compliquée, les points d’embarquements/débarquements non visible de suite ou difficile d’accès, et le réseau cellulaire de piètre qualité (voire inexistant).
  • Consultation des niveaux d’eau: service Vigicrues, serveur AC/HG RMC (attention: risque d’incompatibilité avec les terminaux équipés du système iOS), application RiverApp sur smartphones Android et iOS.

Équipement de navigation:

  • Kayak adapté à la rivière qui va être faite (vérifier la présence de volumes, vérifier les calages et les régler, vérifier la présence du bouchon de vidange).
  • Prendre une jupe (grand hiloire de préférence, et en néoprène), une pagaie (ovalisée de préférence si maîtrise de l’esquimautage), un casque et un gilet à sa taille. Si le gilet possède un leach, ce dernier doit être impérativement largable.
  • Prendre un k-way étanche manches longues.
  • Combinaison néoprène jambes longues, pour se protéger les jambes (utile en cas de portage dans les ronces/orties/branches basses par exemple). Si cette dernière est de type « Long John » (c’est-à-dire jambes longues mais haut débardeur, comme sur la photo ci-dessous), il est recommandé d’avoir un lycra, fin ou épais, un ou deux selon la météo et la température de l’eau.
  • Des chaussures adaptées (vieille paire de tennis, bottillons avec une bonne semelle).
  • Un petit moyen mnémotechnique: de la tête aux pieds, qu’est-ce que je prends?
Tenue type rivière

Tenue type rivière

Matériel supplémentaire:

  • Corde de sécurité (au moins deux pour le groupe). Cette dernière doit être solidement accroché dans le bateau pour éviter qu’elle ne bouge durant la navigation. Elle doit être aussi facile d’accès en cas d’urgence! Bien penser à prendre un couteau par corde!
  • Sac étanche de 10L contenant: téléphone portable (lui-même dans une petite pochette étanche, selon la valeur et l’étanchéité dudit téléphone), matériel pour les premiers secours (le strict minimum, qui d’ailleurs peut tenir avec tout le reste dans le sac étanche de 10L), barres de céréales, clé de voiture/minibus pour la navette s’il y a lieu, bouchon en liège ou équivalent. Ce dernier item est très bien pour improviser un bouchon de vidange de fortune. On peut aussi utiliser une pelicase (boîte étanche en plastique), mais ça coûte plus cher. Tout dépend de la valeur de ce qu’on met dedans, car les pelicases sont très solides pour un encombrement minimum.
  • Bouteille d’eau (bien penser à l’accrocher, comme la corde de sécurité).
  • Penser à prendre du matériel de navigation supplémentaire (pour les têtes en l’air et/ou pour les sorties sur plusieurs jours en cas de casse ou perte ou vol).

Avant d’embarquer:

  • Souvent le chemin pour aller à l’embarquement est public (ou en tout cas autorisé d’accès), mais ce n’est pas toujours le cas, donc il faut vérifier que l’on ne traverse pas de propriété privée pour y aller. Cependant, il peut arriver que certains propriétaires laissent passer les kayakistes sur leur terrain (mais c’est rarement le cas). Cela est précisé dans la majorité des cas dans les topos, mais dans le doute, il faut se renseigner.
  • Il faut se mettre d’accord avec les autres membres du groupe sur les signes qui vont être utilisés durant la navigation (danger, indication sur la passe à prendre d’un rapide, stops, signe que tout va bien…). Certains signes sont universels, d’autres ne le sont pas forcément.
  • S’accorder sur l’ordre de passage des membres du groupe (ouvreur et serre-file notamment). Il est tout à fait possible de changer au cours de la navigation. On ne laisse pas un débutant fermer la marche.

Au cours de la navigation:

Même chose que pour la rubrique « Je navigue » du CPF. On rajoutera les points suivants:

  • En tant qu’ouvreur, je vérifie que le reste du groupe suit bien, et je signale tout danger.
  • Si une personne ne suit plus derrière moi, je préviens ceux qui sont devant pour qu’ils ralentissent et/ou s’arrêtent.
  • Pour des informations plus complètes sur la sécurité, je vous invite à lire cette page.

Respect du matériel:

Les remarques figurant dans la rubrique du CPF sont valables aussi en rivière, à ceci près que :

  • Si un minibus du club est utilisé, il doit être rangé et nettoyé après usage.
  • Faire attention à la manière dont sont attachés les kayaks sur la remorque, afin d’éviter toute chute sur la route.
  • Par rapport au chargement: manipuler avec soin le matériel. Si un élastique est déchiré ou sur le point de céder, le remplacer dès que possible.
  • Lorsque les bateaux sont chargés sur le toit d’un véhicule, bien penser à assurer la partie du kayak située à l’avant du véhicule car c’est là qu’il y a le plus de prise au vent. D’une manière générale, il faut vérifier que les bateaux ne bougent pas une fois attachés.

Respect de l’environnement naturel:

cf. CPF

Cohabitation avec les autres usagers:

Idem. On évitera de naviguer les weekends d’ouverture (et celui qui suit sur les rivières les plus fréquentées par les pêcheurs) et de fermeture de la pêche.

L’entraînement rivière du samedi matin est là aussi pour apprendre les bases de l’eau vive et les appliquer ensuite en milieu naturel.